Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • L'écume des jours de Boris Vian

    1018_4470.jpg

    Présentation de l’éditeur :

    L'Ecume des jours : ce titre léger et lumineux annonce une histoire d'amour drôle ou grinçante et inoubliable, composée par un écrivain de vingt-six ans. C'est un conte de l'époque du jazz et de la science-fiction, à la fois comique et poignant, heureux et tragique, merveilleux et fantastique, féerique et déchirant. Dans cette œuvre d'une modernité insolente, l'une des plus célèbres du XXe siècle et livre-culte depuis plus de trente ans, Duke Ellington croise le dessin animé, Sartre devient une marionnette burlesque, le cauchemar va jusqu'au bout du désespoir. Mais seules deux choses demeurent éternelles et triomphantes : le bonheur ineffable de l'amour absolu et la musique des noirs américains...

     

    Mon avis :

    Je ne vais pas y aller par quatre chemins, je n’ai pas été transportée par ce roman pourtant culte. D’ailleurs, s’il avait comporté plus de pages, je ne l’aurais sans doute même pas terminé vu la taille de la file d’attente sur ma bibliothèque.

    Au début, tout va bien. Le lecteur fait la connaissance de Colin, notre héros, et du monde dans lequel ce dernier évolue. Un monde où, quand on décide de trouver l’amour, rien n’est plus facile, il suffit de se rendre à une fête comptant des jeunes filles parmi les invités. Bref, rien de romantique là dedans !

    Je disais donc qu’au début, tout semble normal. Puis, petit à petit, des bizarreries apparaissent et au fil de pages, on ne s’étonne plus de rien. Les coquelicots poussent sous la neige, les maisons rétrécissent, etc. En temps normal, j’apprécie les univers hors du commun et un peu saugrenus, mais là, à certains moments, j’étais dépassée.

    Je n’ai pas non plus accroché aux personnages que j’ai trouvés fades et énervants à certains moments. Mis à part la souris qui est de loin mon préféré, et grâce à qui, j’ai refermé ce roman une ébauche de sourire aux lèvres.

    Par contre, on ne peut le nier, Boris Vian sait manier le verbe. Il joue constamment avec les mots à coups de métaphores et de néologismes. Je me suis amusée à les découvrir. C’est pour moi la grande richesse de ce roman, dont la plume, davantage que l’histoire, m’aura envoutée.

     

    Livre lu dans le cadre du challenge "Les coups de coeur de la blogosphère".

    coeur_vs3.jpg

     

  • Les Chroniques de San Francisco d'Armistead Maupin

     

     

    ArmisteadMaupin-ChroniquesDeSanFrancisco.jpg

     

    Présentation de l’éditeur :
    Le dernier quart de siècle sonnant, Mary Ann gagne San Francisco, où la libération sexuelle s'affiche en couleurs outrancières. Elle choisit d'être logée par Mme Madrigal, dans un refuge où se côtoient amicalement des "chats errants" de toutes origines. C'est le début d'une saga. Véritable phénomène depuis leur parution en 1976 sous forme de feuilleton, ces chroniques locales sont aujourd'hui traduites dans toutes les langues. Outre leur côté dépaysant, leur charme universel réside peut-être dans leurs personnages abandonnés, venus dans la ville libre trouver une famille différente, fondée sur des liens nouveaux.

    Mon avis :
    Alerte au coup de cœur !  Milie m’avait tant parlé de cette série, qui d’autant plus faisait partie de la sélection des coups de cœur de la blogosphère, que je n’ai pu résister et je m’en félicite. En voilà une excellente découverte !

    Si j’ai tant aimé ces chroniques, c’est avant tout grâce aux personnages : de la jeune diplômée coincée au coloc’ gay en passant par la vieille logeuse hippie, on a de tout (et surtout pas de quoi s’ennuyer). Ces hommes et ces femmes ont chacun leur histoire, leur passé, leur caractère mais ont pourtant une chose en commun : la ville de San Francisco, théâtre de leurs rencontres, de leur vie quotidienne et surtout de leur évolution. Car, au fil des pages, le lecteur est directement confronté aux changements et autres évènements qui surviennent à « Barbary Lane ». C’est encore un point fort de ce roman : il y a une réelle évolution dans les personnalités des protagonistes.

    Ce premier tome nous plonge 40 ans plus tôt, directement dans les seventies made in USA. Dépaysement garanti : au lendemain de la guerre du Viêt-Nam, c’est le début de la libération sexuelle. Tous les faits marquants de l’époque sont évoqués (pour mon plus grand bonheur).

    Vous l’aurez compris, je suis totalement sous le charme et je ne compte pas m’arrêter en si bon chemin !

    Livre lu dans le cadre du challenge "Les coups de coeur de la blogosphère".

    coeur_vs3.jpg

     

  • Hop

    hop-20832-1201923284.jpg

    Synopsis : Alors qu’il est censé prendre la relève de son père et devenir lapin de Pâques, Robbie rêve d’une toute autre gloire. Il veut devenir batteur professionnel ! Voilà qui fait les affaires de Carlos, le commandant des poussins qui, lui, se verrait bien reprendre les rennes de la distribution d’œufs.  De son côté, Fred est un jeune adulte sans emploi cherchant sa voie. Un jour, alors qu’il croit rêver, il fait la rencontre de Robbie qui pourrait bien bouleverser sa vie…

    hop-2011-20832-1074393271.jpg

    Mon avis : C’est clairement un film à voir en famille. L’humour et l’aventure sont au rendez-vous et le thème (les fêtes de Pâques) est tout à fait d’actualité. Côté casting, James Marsden assure et partage bien l’affiche avec Robbie qui est vraiment à croquer. Même si « Hop » semble être destiné aux plus jeunes, je ne me suis pas ennuyée une seule seconde, je l’ai trouvé prenant et surtout très drôle. Sans oublier la bande originale qui nous pousse à nous trémousser sur notre siège. Bref, un très chouette film qui ravira les plus petits comme les plus grands.