Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • "Dracula" de Bram Stoker

    Dracula-Dracula-s-Guest-(Wordsworth-Mystery-Supernatural)-(Tales-of-Mystery-the-Supernatural).jpg

    Synopsis :

    Répondant à l'invitation du conte Dracula qui prépare son prochain voyage en Angleterre, Jonathan Harker découvre à son arrivée dans les Carpates un pays mystérieux. Un pays aux forêts ténébreuses et aux montagnes menaçantes. Un pays peuplé de loups dont les habitants se signent au nom de Dracula. Malgré la bienveillance de son hôte, le jeune clerc ne peut qu'éprouver une angoisse grandissante. Ce comte, qui contrôle son courrier et verrouille les portes de son château, ne se reflète pas dans les miroirs et se déplace sur les murs en défiant les lois de l'apesanteur...
    Jonathan Harker dois se rendre à la terrifiante évidence : il est prisonnier d'un homme qui n'est pas un homme. Et qui partira bientôt hanter les nuits de Londres...


     

    Mon avis :

    Restons dans le culte avec LE livre sur les vampires par excellence : « Dracula » que j’ai choisi de découvrir en version originale. 

    Je dois avouer qu’il m’a fallu un bon moment (à peu près un tiers du bouquin) avant d’être vraiment plongée dans ce classique. Je ne sais pas si je ressens cela car je l’ai lu en anglais, mais j’ai l’impression que cette lecture m’a pris un temps fou. J’ai trouvé certains passages un peu longs et certaines descriptions totalement superflues. Je m’attendais à plus d’action, je croyais être tenue en haleine dès les premières pages et ne plus pouvoir m’arrêter. Cela n’a pas tout de suite été le cas mais, au final, j’ai fini par être prise dans l’intrigue.

    J’ai aimé que le roman soit écrit sous forme de lettres et d’extraits de journaux intimes. Cela permet au lecteur de mieux connaître les personnages principaux, de savoir ce qu’ils ressentent, ce qu’ils pensent, leurs peurs et leurs angoisses.

    Je peux donc dire, malgré certaines longueurs au début, que j’ai apprécié cette lecture que j’imaginais beaucoup plus « trash ». Bien sûr, certains passages le sont, mais dans l’ensemble, j’ai trouvé que Bram Stoker avait surtout misé sur le suspens. Il faut dire qu’à l’époque, les romans bit-lit n’étaient pas monnaie courante, comme c’est le cas aujourd’hui.

      Lu dans le cadre du challenge "Les Coups de Coeur de la Blogosphère"

    coeur_vs3.jpg

    Lu en anglais.jpg

  • « Le Petit Prince » d’Antoine de Saint-Exupéry

    couv6677069.jpg

    Présentation de l’éditeur :

    J'ai ainsi vécu seul, sans personne avec qui parler véritablement, jusqu'à une panne dans le désert du Sahara, il y a six ans. Quelque chose s'était cassé dans mon moteur. Et comme je n'avais avec moi ni mécanicien, ni passagers, je me préparai à essayer de réussir, tout seul, une réparation difficile. C'était pour moi une question de vie ou de mort. J'avais à peine de l'eau à boire pour huit jours. Le premier soir je me suis donc endormi sur le sable à mille milles de toute terre habitée. J'étais bien plus isolé qu'un naufragé sur un radeau au milieu de l'océan. Alors vous imaginez ma surprise, au lever du jour, quand une drôle de petite voix m'a réveillé. Elle disait : ... " S'il vous plaît... dessine-moi un mouton ! "
    - Hein!
    - Dessine-moi un mouton...
    J'ai sauté sur mes pieds comme si j'avais été frappé par la foudre. J'ai bien frotté mes yeux. J'ai bien regardé. Et j'ai vu un petit bonhomme tout à fait extraordinaire qui me considérait gravement.

    Mon avis :

    J’ai profité du challenge « Coups de cœur de la blogosphère » pour découvrir un livre culte qui a marqué tant d’esprits  et que je n’avais encore jamais lu : « Le Petit Prince ».

    Mon verdict est positif. J’ai trouvé l’histoire du Petit Prince très touchante, en particulier sa rencontre avec le renard qui m’a presque fait verser une petite larme. Pour tout vous dire, il m’est difficile de chroniquer cet ouvrage tant il est différent de tout ce que j’ai pu lire auparavant. Une chose est sûre : ces quelques pages sont un concentré de douceur et de poésie. Ajoutez à cela les jolies aquarelles qui illustrent à merveille les aventures du Petit Prince et vous obtiendrez un véritable chef d’œuvre.

    Personnellement, ce que j’ai surtout aimé, c’est de pouvoir me replonger dans la tête d’un gamin et d’avoir sa vision du monde et des adultes surtout. Parce que les adultes, ils sont quand même bizarres parfois. Et malheureusement, quand on est grand, on ne se rend pas toujours compte du ridicule de certaines choses de la vie. Ce récit, c’est avant tout une opportunité de réfléchir sur le monde dans lequel nous vivons et pourquoi pas de se remettre en question.

    Bref, un livre tout en douceur qui ne ressemble à aucun autre et qui ravira les petits mais qui ne manquera pas non plus de toucher les plus grands.

     Lu dans le cadre du challenge "Les Coups de Coeur de la Blogosphère"

    coeur_vs3.jpg

     

     

  • "Ensemble, c'est tout" d'Anna Gavalda

    dyn006_original_309_500_pjpeg_2550725_7d939428f8114b6b3e9179ce616e9bbe.jpg

    Présentation de l’éditeur :

    " Et puis, qu'est-ce que ça veut dire, différents ? C'est de la foutaise, ton histoire de torchons et de serviettes... Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c'est leur connerie, pas leurs différences... " Camille dessine. Dessinais plutôt, maintenant elle fait des ménages, la nuit. Philibert, aristo pur jus, héberge Franck, cuisinier de son état, dont l'existence tourne autour des filles, de la moto et de Paulette, sa grand-mère. Paulette vit seule, tombe beaucoup et cache ses bleus, paniquée à l'idée de mourir loin de son jardin. Ces quatre là n'auraient jamais dû se rencontrer. Trop perdus, trop seuls, trop cabossés... Et pourtant, le destin, ou bien la vie, le hasard, l'amour -appelez ça comme vous voulez -, va se charger de les bousculer un peu. Leur histoire, c'est la théorie des dominos, mais à l'envers. Au lieu de se faire tomber, ils s'aident à se relever.

    Mon avis :

    Cet ouvrage, c’est avant tout quatre personnages aussi différents les que les autres : il y a Camille, ex-artiste paumée souffrant de troubles alimentaires ;  Franck, cuistot macho fan de motos ; Paulette, mémé esseulée qui préférerait mourir plutôt que de pourrir dans une maison de retraite et Philibert, timide aristocrate. Vous le voyez : ces quatre-là n’ont rien en commun. Rien, à part peut-être une chose : la solitude. Ca tombe bien, c’est justement cette solitude qui va les rapprocher. C’est l’essence même du bouquin : « ensemble même si l’on est différent » (comme dans la chanson de ce regretté Pierre Rapsat). On pourrait donc dire que ce roman traite de rencontres. Vous savez, ces personnes que vous croisez un jour et qui bouleversent votre vie. On pourrait dire ça, en effet, mais il y a tellement plus dans ce bouquin et dans ces personnages si riches et si travaillés… A vous de le découvrir par vous-mêmes !

    Ne vous étonnez pas si vous dévorez ces quelque 573 pages en moins de deux. L’écriture est assez simple : pas de descriptions interminables ni de fioritures, l’auteure va à l’essentiel et c’est ce que j’aime. C’est donc un roman facile et agréable à lire.

    J’admire Anna Gavalda pour sa capacité à mettre le doigt sur ces sentiments et ces choses de la vie par lesquels nous passons tous. Je n’ai pas arrêté, tout au long de ma lecture, de me dire : « c’est tellement vrai ! ». Moi, qui ai vécu de près la dégradation de l’état de santé de ma grand-mère, je n’ai pu m’empêcher, par l’intermédiaire de Paulette, de revivre certaines scènes.

    En résumé : Gros coup de cœur pour ce livre qui, bien que plutôt épais, est un véritable page turner !

     Lu dans le cadre du challenge "Les Coups de Coeur de la Blogosphère"

    coeur_vs3.jpg