Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Du côté des salles obscures - Page 4

  • « Hector and the search for happiness »

    Hector-And-The-Search-For-Happiness-Simon-Pegg-Rosamund-Pike3.jpg

    Il est de ces films qui nous font réfléchir à nos vies et aux choix que l’on opère pour atteindre la félicité. « Hector and the search for happiness » pousse la réflexion encore plus loin puisque ce long-métrage s’intéresse à l’idée même du bonheur.

    C’est l’histoire de Hector, un jeune psychanalyste londonien à la vie bien rangée qui, du jour au lendemain, entre en crise. Il se rend compte qu’il ne sait pas comment rendre ses patients heureux pour la simple et bonne raison qu’il ne sait pas ce qu’est l’idée du bonheur. Commence alors sa quête de la félicité à travers différents pays. Hector fait ses adieux à sa petite amie et prend la route de la Chine, tout d'abord, où il espère bien trouver des réponses.

    7c6284391e2285e4e3feeb2fad2f7af2.jpg

    Un film so british comme on les aime :très frais, drôle et émouvant avec un Simon Pegg bouleversant !

  • La fête du cinéma 2014

    Fin juin, il y a également eu la fête du cinéma, à laquelle je me rends chaque année. Mais cette fois-ci, la programmation n’était pas très alléchante, je me suis donc limitée à 2 films.

    « Maléfique » 

    186422_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Une version remaniée du célèbre conte de Perrault  et du classique Disney « La Belle au bois dormant » avec, cette fois-ci, le récit des évènements du point de vue de Maléfique.

     Il m’a fallu un petit moment avant d’entrer dans le film mais dès que l’histoire personnelle de Maléfique s’est mêlée à celle d’Aurore, j’ai été emportée.

    J’ai aimé cette version féministe et moderne du conte, mais je vous avoue que je suis très contente de l’avoir visionnée en étant adulte, et pas il y a 20 ans. Il y a des âges où on a besoin de croire aux contes de fées et aux princes charmants.

    « Nos étoiles contraires »

    95286356_o.jpg

    L’adaptation tant attendue du best-seller de John Green. Après avoir dévoré le roman, je ne pouvais pas manquer cette sortie ! Et dans l’ensemble, je suis plutôt satisfaite de cette adaptation. C’est assez rare, en général, mais je l’ai trouvée fidèle.

    Les personnages sont plus ou moins comme je les imaginais et ils sont parfaitement joués par les 2 jeunes acteurs. Les émotions sont au rendez-vous mais sans tomber dans le pathos, exactement comme dans le livre.

     

  • Festival International du Film d'Amour

    e56954b4f6347e897f954495eab16a88-1387348672.png

    Comme chaque année, je me suis rendue au Festival du Film d’Amour de Mons. J’avais pointé 3 films à voir, mes horaires ne me permettant pas d’en visionner autant que lorsque j’étais étudiante.

     1506830_10152305294409047_1202111421_n.jpg

    J’ai également eu la chance de me rendre au gala de clôture et j’ai croisé quelques grands noms du 7e art : Rupert Everett avec qui j’ai même pu prendre la pose, Béatrice Dalle, Jacques Weber, Harry Roselmack, sans oublier notre Premier ministre !

     Quant aux films, voici mes avis :

     Affiche-Rosenn-belge.jpgIle de Bourbon, 1909 : La jeune Rosenn fait la rencontre de Lewis Lafoly, un gentleman anglais plus âgé qu’elle. Elégant, bourré de charme et beau parleur ; Rosenn pense avoir trouvé en lui l’amour… Malheureusement, j’ai trouvé le film lent et un peu plat. On ne peut pas dire que les rebondissements se soient enchainés, du coup je me suis un peu ennuyée.

     335126_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Les trois filles Weston viennent soutenir leur mère hystérique après la disparition de leur père. Une réunion de famille qui tourne au grand déballage de rancœurs et de secrets enfouis depuis trop longtemps. Quel bonheur de retrouver Meryl Streep ! Une fois de plus, elle est grandiose ! Par contre, je ne peux pas en dire autant du film, j’ai été quelque peu déçue. Le côté huit clos m’a dérangée, sans parler des propos violents que les membres de cette famille se jettent au visage. Personne n’est épargné.

     445377_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

     L’histoire d’amour qui unit Adam et Eve dure déjà depuis plusieurs siècles. Elle vit à Tanger, lui à Détroit. Ils se retrouvent régulièrement pour partager une bonne cuvée de sang (voire un esquimau glacé saveur O négatif). Passionné de musique, Adam collectionne les instruments. Eve, elle, dévore les livres. D’ailleurs les références littéraires sont nombreuses dans ce film ! On serait étonné de savoir qu’autant de grands auteurs sont en fait des buveurs de sang. Quant à la musique, elle fait intégralement partie du film et la bande originale est envoutante. Pas d’effets spéciaux mais plutôt de la poésie et du romantisme, j’ai aimé. Un film de vampires à des années lumière de « Twilight ».